• Facebook Clean
  • Google+ Clean

© 2023 by Olive Tree. Proudly created with Wix.com

Nombre de visites

L’homme moderne a quitté la campagne pour la ville. Il a estompé les effets des saisons et le chaud et le froid. Il a éclairé la nuit, domestiqué l’espace. Cependant, nostalgique des rythmes naturels, il reste enquête de ses racines.

A la recherche du Graal qu’il ne parvient pas à saisir, le Chevalier de la Table ronde nous donne déjà l’image de l’homme d’aujourd’hui qui tourne autour de la terre sans pouvoir s’apaiser. Toujours plus vite ! Toujours plus loin !

La vigne et le vin, abondamment chargés de symboles, sont sans doute plus que jamais les liens, chaque année revivifiés par la nouvelle vendange, qui nous rattachent à notre passé mais qui nous projettent vers l’avenir dans l’espérance de l’épanouissement du nouveau millésime.

Colette disait que seul le vin nous rend intelligible la saveur de la terre. Bien mieux, le vin nous unit à nos origines en une perpétuelle communion des hommes :Le Dieu de Noé, celui des Grecs et des Romains, Dionysos et Bacchus ; avant eux la liqueur du Sôma : Vêna ; aujourd’hui le sang du Christ qui chaque jour à la messe avant que d’être consacré, est offert : «Le vin fruit de la vigne et du travail de l’homme. »

Ainsi sont perpétuellement associés l’œuvre de la nature et celle de l’homme.

Le plus modeste des humains lorsqu’il goûte ou offre le vin, perpétue les traditions millénaires et

accomplit l’acte rituel.

L’histoire du vin, c’est toute cette richesse culturelle qui fait remonter de notre mémoire subconsciente l’un des ingrédients composant notre personnalité profonde. Si le vin au cours de sa longue marche d’est en ouest suivant ainsi sur plusieurs millénaires la course quotidienne du soleil, conquiert des terres nouvelles, c’est que ceux qui lui donnent ces nouveaux territoires le portent au fond d’eux-mêmes.

Le Symposium de Platon ou de Xénophon, encore vivant aujourd’hui en Géorgie à travers la coutume du« Tamada » le Maître de la Table, le culte de Dionysos ou celui de Bacchus, le vin d’honneur, la Saint Vincent tournante, le Beaujolais nouveau, la fête des vendanges ou le carnaval viticole, le simple « pot » entre amis sont autant de moments que saisissent ceux qui veulent chanter la vie.

Mais aussi boisson pernicieuse que le Coran redoute et promet cependant à ceux qui entreront dans les jardins célestes ; c’est le fruit défendu, comme le raisin mieux que la pomme est le fruit de la connaissance qu’Adam et Eve consommèrent avant d’en avoir eu la permission. Le paradis et l’enfer.

La nature profonde du vin est elle-même complexe ; boisson mystérieuse résultant de l’activité d’êtres microscopiques, mais bien vivants, que nos pères ne soupçonnaient pas et que le grand Pasteur expliqua

 

sans la démythifier…

Image trouvée sur : www.mybettanedesseauve.fr

Please reload

Featured Posts

Le terroir

01/05/2018

1/10
Please reload

Recent Posts

01/05/2018

Please reload

Archive
Please reload

Search By Tags